Les troisièmes années viennent de commencer leur année en beauté grâce à l’incontournable séminaire d’intégration « Print the Legend ».

 

Print the Legend, Year 2

C’est la deuxième année que Nicolas Vargas et Paul Williate accueillent la promotion SP3 en lui lançant un défi. Représenter sur scène ce que leur inspirent les mots « PRINT THE LEGEND ». Mythes ? Légendes ? Rumeurs ? Les étudiants se transforment alors en comédiens de théâtre le temps d’une semaine.

Ainsi chaque équipe se voit attribuer un site emblématique de Bordeaux, du Skate Park au Pont Chaban-Delmas, afin d’exprimer à travers une pièce de 7 min leur interprétation du concept  ET glisser discrètement, ou non,  une phrase imposée.

Le temps passe très vite quand il faut trouver un sujet, écrire un scénario et apprendre son rôle. Cependant comme chaque année les étudiants ont su relever le défi avec brio.

Une équipe est sur scène. Son lieu attribué est le palais Gallien.

The Big Day

Quatre finalistes se sont affrontés devant le jury et l’ensemble de leurs camarades. Quatre représentations vivantes et dynamiques mêlant humour et passion. Quatre équipes prêtes à tout donner, mais il n’en restera qu’une.

On peut dire que les étudiants ont le mérite d’être créatifs. Entre la légende du pont Chaban Delmas qui augmente la longévité de votre couple si vous passez dessous, un skate park maudit garantissant la chute si vous passez devant un tag de baleine, Jean Moulin en chaussette-marionnette organisant la résistance dans le Garage Moderne et la découverte des traces des francs-maçons/illuminati/aliens au Palais Galien.

Finalement on remarque une seule similitude entre les représentations : l’utilisation de l’accent étranger, qui déclenche à coup sûr un fou rire dans la salle. Qu’il soit japonais, méditerranéen, canadien ou allemand, ces imitations nous ont rappelé qu’on pouvait rire de l’autre sans se moquer.

Après délibération, l’équipe du Garage Moderne est désignée gagnante de cette première compétition. Lorsque les élèves ont le culot de briser le quatrième mur (et de faire la bise au jury) pour mettre en abîme leur propre représentation, on se dit que rien ne peut les arrêter. Jean Moulin, le Général de Gaulle et un nazi lambda se voient réduits à l’état de chaussettes-marionnettes. Une mise en scène énergique pour raconter la résistance française née au Garage Moderne. Mais peut-être que tout ça n’est qu’une légende…

Les étudiants écoutent avec attention les représentations des 4 finalistes.

Félicitations à l’équipe gagnante et à tous les étudiants pour leur créativité et leur implication. Et nous vous souhaitons à tous une très bonne rentrée !

 

Comments

comments