Joachim Roncin, directeur artistique du magazine Stylist et concepteur du slogan « Je suis Charlie », est venu s’exprimer devant les étudiants de Sup de Pub. On peut dire qu’il a trouvé les mots justes. Créé vingt minutes après les attentats ayant visé le journal satirique Charlie Hebdo, son « Je suis Charlie » a fait le tour du monde.

Lors de sa venue à de Sup de Pub, ce créatif de talent a fasciné tous les étudiants. « Je n’avais pas beaucoup de mots pour exprimer toute ma peine, j’ai juste eu cette idée de faire « Je suis Charlie » parce que, notamment, je lis beaucoup avec mon fils le livre « Où est Charlie », ça m’est venu assez naturellement. » « Je suis Charlie », Joachim Roncin l’a conçu uniquement dans le but de rendre hommage aux victimes de la tragédie. Comme il l’a expliqué, c’était un message totalement personnel, une pensée instantanée et directe.

Pourtant, dans les jours qui ont suivi, de nombreuses personnes ont utilisé l’expression à des fins commerciales, en contradiction avec sa volonté d’auteur. Il a du expliquer, s’expliquer, défendre et se défendre, voire attaquer pour protéger ce message de la récupération et de la réinterprétation.

Twitter France, dont la conférence « Win the moment : saisir et gagner l’instant à l’ère digitale » aborde les problématiques du real time marketing, avait annoncé en fin de journée le 8 janvier 2015 que 3,4 millions de messages de solidarité #JeSuisCharlie avaient été publiés dans le monde. C’est la première fois qu’un message rassemble et défend une certaine idée de solidarité dans ces proportions, sans qu’il n’y ait pour objectif un bénéfice autre qu’humain.

Sans avoir été programmé, sans rien vendre ni imposer, « Je suis Charlie » est devenu un évènement historique, un « tourbillon » que Joachim Roncin ne réalise pas encore.

Aujourd’hui, Joachim est fier d’avoir servi une cause. « Je pourrais raconter cette incroyable histoire à mon fils… »

[cycloneslider id= »je-suis-charlie-cest-lui »]

Comments

comments