Flore Maquin, jeune directrice artistique lyonnaise de 25 ans, connait depuis quelques années un grand succès grâce à ses re-production d’affiches de films cultes.

Elle fait partie de la Promo 2013 de Sup de Pub Lyon et, en tant qu’ancienne élève de l’école, nous en avons profité pour lui poser quelques questions sur son parcours.

Bonjour Flore, vous avez suivi votre Bachelor en création & direction artistique à Sup de Pub Lyon en 2013, qu’est-ce que vous avez fait par la suite ?

À la suite de mon Bachelor, j’étais consciente qu’il me manquait encore un peu d’expérience avant de me lancer dans le grand bain du monde professionnel. Et surtout, je visais le cinéma. Je savais que pour entrer dans le monde du cinéma il fallait passer par la petite porte. Donc mon idée était de faire une année de césure après mon Bachelor pour pouvoir continuer à faire des stages: il était temps de m’exercer sur le terrain.

J’ai d’abord fait un stage de 6 mois dans l’agence de publicité lyonnaise Avicom, puis j’ai postulé à l’Institut Lumière en stage de graphisme et ai été prise. L’Institut Lumière était mon objectif lorsque je suis arrivée sur Lyon, c’est le seul endroit sur Lyon qui mélange le cinéma de patrimoine, l’événementiel et les actualités cinématographiques. Je me rappelle une question que la graphiste de l’époque m’avait posé: « Qu’est ce que tu recherches après ce stage ? » J’avais spontanément répondu « être embauchée ici », mais le recrutement n’était pas du tout d’actualité. J’ai beaucoup travaillé pendant ces quelques mois de stage afin d’être considérée comme une graphiste professionnelle à leurs yeux. À la suite de ce stage de 3 mois j’ai été engagée en tant que graphiste renfort pendant le Festival Lumière puis, la situation faisant, je suis devenue graphiste en chef.

Comment et pourquoi avez-vous eu l’idée de retravailler les affiches de films ?

La passion du cinéma principalement. Le Fan Art, comme on l’appelle, est de plus en plus fréquent. Beaucoup d’artistes aiment réinterpréter des affiches de films à leur sauce. D’après moi, c’est la plus belle façon de montrer à des cinéastes à quel point on est touchés par leur film. « J’aime ce film alors j’en fais une affiche »: c’était vraiment ça pour moi. Je n’avais pas d’objectifs en créant mes premières affiches il y a deux ans. C’était très personnel et simplement par plaisir de réinterpréter mes personnages préférés, de leur faire dire quelque chose. En tant que graphiste il faut savoir que vos créations sont votre vitrine, il n’y a pas besoin de créer des affiches pour de grandes marques pour vous faire un portfolio, l’idée est de faire des travaux qui pourront vous aider à vous faire repérer et à atteindre votre rêve. Mon rêve était de faire des affiches de films et mes créations m’ont permis de toucher du bout des doigts ce rêve.

Quels retours ou retombées avez-vous eu sur votre travail de re-création ?

Des retombées assez incroyables, je ne m’attendais pas à autant d’enthousiasme. D’abord en terme d’exposition car après avoir posté mes premières affiches sur mon site internet, un buzz s’est créé autour de ça et s’en est suivi beaucoup de partage via les réseaux sociaux. C’était dingue car j’avais des mails du monde entier de gens qui voulaient acheter mes visuels (Etats Unis, Mexique, Angleterre, Espagne, Russie…).

Des retombées au niveau professionnel aussi. J’ai été approchée par des sociétés françaises et américaines afin de recréer des posters ou simplement faire des illustrations. Pour en citer quelques uns : ESPN, Rockyrama, Arte, Paramount, Wild Side et plus récemment Universal. Je fais aussi partie de la sélection des artistes du Geek Art anthologie 2017.

Quelles perspectives s’offrent à vous maintenant ?

Deux projets m’intéressent en ce moment. D’abord j’ai toujours été très attirée par les États Unis donc j’aimerais partir travailler la bas et me rapprocher un peu plus du cinéma américain.

Mon deuxième projet serait de créer mon entreprise sur Lyon. Une sorte de galerie et d’atelier de création. Ce n’est pas encore très clair pour moi mais ce qui est sûr c’est que j’ai plein d’idées.

Pour l’instant je suis free-lance sur Lyon et j’ai quelques projets d’affiches.

Votre meilleur souvenir à Sup de Pub ?

Les compétitions! Je crois que c’est à la fois mes meilleurs et mes pires souvenirs. Beaucoup de stress, beaucoup de pression mais un vrai plaisir à l’arrivée. Surtout lorsque vous faites partie d’une équipe aussi enthousiaste que les Matriochkas. Le sentiment que vous avez lorsque vous voyez votre team tout donner sur scène pour défendre une idée, c’était un super moment, inoubliable (et encore mieux lorsque vous gagnez!). Les compétitions étaient les meilleurs exercices que j’ai eu, toutes études confondues. C’est formateur, c’est comparable au rythme réel d’un vrai brief. C’est toujours dans des situations de stress que nous révélons notre vrai potentiel.

Je garde aussi de très bons souvenirs de mes professeurs. Mon professeur de direction artistique à Sup de Pub Lyon disait toujours cette phrase « Quelle est votre idée ici? » Phrase anodine dite comme ça, mais tellement révélatrice lorsque vous devez expliquer une idée à quelqu’un. Car si votre idée ne peut pas être expliquée en une phrase, alors votre idée n’est pas bonne, point. Et c’est quelque chose qui me suivra tout au long de ma carrière.

Quels conseils donneriez-vous aux étudiants et futurs étudiants de la filière créative à Sup de Pub ?

Je leur dirais de croire en eux. Si vous avez envie de devenir graphiste ou directeur artistique, devenez-le. Sachez où vous allez, c’est le plus important. Je me répète souvent une phrase: « il n’y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va » (Sénèque). Et cette phrase fonctionne aussi dans la créa. Déterminez bien votre idée avant de vous lancer dans sa réalisation.

Il y aura des embûches, beaucoup de travail, mais l’important est de savoir vers quoi on se dirige pour ne pas perdre de vue son objectif. Prenez le temps qu’il faut, ne soyez pas pressé et gardez votre plaisir de créer. Il n’y a pas de secret, c’est la passion qui mène vers la réussite.

Nous souhaitons une longue et exceptionnelle carrière à Flore et espérons avoir bientôt de ses nouvelles…. de Los Angeles!

Toutes ses affiches et les articles de presse concernant son travail sont disponibles sur son site.

Voici une sélection de ses travaux:

[cycloneslider id= »affiches-flore-maquin »]

 

Comments

comments