Cette nouvelle pratique et champ d’exercice de la communication est né en réaction à des changements et des prises de consciences sociales et environnementales qui, depuis peu, bouleversent notre mode d’utilisation des produits et des services et d’une manière générale l’ensemble de nos comportements en tant qu’acheteurs, consommateurs et citoyens.

Adapter les stratégies de communication et de marketing des entreprises et des marques en tenant compte les impacts de celles-ci sur l’environnement et les relations sociales

Il est de plus en plus difficile pour les publicitaires et les marketeurs de continuer à assumer la mission de vendre, constitutive de la communication commerciale, dans un monde dont il est de plus en plus évident qu’il vit au-dessus de ses capacités matérielles et doit mieux tenir compte des réalités sociales. Cette prise de conscience de différents acteurs au niveau mondial comme local, est d’autant plus rapide que les réseaux sociaux permettent à tout un chacun de s’exprimer et de partager des expériences de manière globale et immédiate.

Une véritable montée en puissance
Le développement durable au départ porté par un petit cercle d’initiés s’est imposé dans l’agora avec des films comme « Demain » ou « Une vérité qui dérange » ou ceux de Nicolas Hulot et Yann Arthus Bertrand, mais aussi du fait des événements climatiques extrêmes, des accidents environnementaux à sensation. Les politiques publiques ont mis l’accent sur l’environnement Grenelle de l’environnement, les lois sur la transition énergétique ou la COP21 accueillie par la France fin 2015. La prise de conscience des difficultés et risques est faite en France à plus de 80 % selon les très nombreuses études régulièrement réalisées.
Les entreprises et plus généralement tous les acteurs économiques et politiques doivent prendre en compte ce phénomène ce qui implique de profondes modifications dans la manière de communiquer et d’organiser la promotion de leurs produits. L’ARPP, autorité de régulation de la publicité a intégré dans ses critères l’environnement.

Une législation de plus en plus présente et incontournable
De plus en plus d’appels d’offres publics et de « compétitions » entre agences intègrent maintenant des critères sur les impacts environnementaux de la communication et la façon de les réduire qu’il convient de maîtriser que l’on soit donneur d’ordres ou prestataire de service. Globalement de plus en plus de campagne de communication visent à respecter la démarche ISO26000, mais aussi des labels, des normes comme 20121 pour l’événementiel.

Une mine de création d’emploi dans l’avenir
Ce programme est donc dédié aux nouvelles formes de communication internes et externes utilisés par les entreprises, les institutions publiques et privées, les collectivités territoriales, qui mettent en place ou favorisent des politiques actives de RSE et de développement durable.

Communiquer différemment pour des esprits différents
Ces nouvelles politiques visant à opérer des choix plus stricts dans la manière de proposer les produits ou services aux consommateurs, sont à la source de très nombreuses créations d’emploi que ce soit directement en entreprise ou au travers d’organismes spécialisés qui conseillent ces dernières dans la mise en place de ces stratégies. La communication responsable demande dès à présent des spécialistes qui seront au fait des avancées législatives et sociétales et saurons les transcrire dans la manière qu’auront les entreprises de présenter leurs actions de communication et de marketing dans l’avenir.

Ce programme délivre, sous l’autorité des MSc & MBA – INSEEC Bordeaux -, le titre de Manager de la Communication et du Marketing digital, certification de niveau I, enregistrée au RNCP – code NSF 320- par arrêté du 30 août 2016, publié au J.O. du 7 septembre 2016
Cette certification est accessible par la VAE.

Je cherche à en savoir plus

Le programme en détail

Séminaires

Séminaire 1 – La RSE, le développement durable, la communication responsable : KESAKO ?
Ce séminaire décrypte les étapes de conception et de mise en œuvre d’une campagne de communication. En maîtriser les rouages et les différents acteurs : agences-annonceurs
Tout le monde parle de la RSE, du Développement Durable, tout le monde connaît la RSE, le Développement Durable, mais tout le monde ne voit pas encore l’opportunité de la RSE, du DD et d’une communication RSE/DD. Ce 1er séminaire permet de définir ce thème désormais levier de business pour les entreprises et passer en revue les tendances, mais aussi les do et don’t d’une communication externe responsable.

Séminaire 2 – La communication responsable interne
Le responsable du Développement durable ou de la RSE met en avant la démarche DD et RSE d’une entreprise via la communication interne également. Sont passés en revue dans ce séminaire, les codes de communication mais aussi et surtout les thématiques avec 2 focus sur la diversité en entreprise : le Handicap et comment traiter cette question souvent difficile à aborder en interne ainsi que l’égalité Hommes-Femmes qui dépasse les histoires de quota imposés.

Séminaire 3 – L’éco-communication : KESAKO ?
Parce que l’impact zéro n’existe pas en communication comme dans aucun domaine, l’éco communication permet de prendre conscience du double impact des campagnes : sur la société à travers les messages diffusés, mais également sur l’environnement avec la production, diffusion et « la mort » de ces campagnes. L’éco-communication fait le point sur la responsabilité à chaque étape d’une campagne, et ce, quel que soit le support : print, digital, audiovisuel…

Séminaire 4 – Développement durable et média
L’intérêt croissant des consommateurs pour le Développement durable et la RSE a entraîné un besoin d’informations constant. Aussi bien pour eux-mêmes que pour les entreprises afin de mieux cibler leurs clients. S’en est suivi un boom des médias dédiés à ce sujet mais également une prise de conscience des médias traditionnels et de leurs enjeux, et également les impacts sur la société. Ce séminaire fait le point sur les stratégies de ces différents médias engagés et inspirants.

Séminaire 5 – Les associations / ONG et la communication responsable
Parce qu’aujourd’hui, les associations et ONG sont des marques comme les autres, elles doivent s’approprier les règles de communication classique (des codes récurrents, des concurrents, des cibles…) tout en étant encore plus vigilantes que les marques sur leurs prises de parole et leur impact sociétal et environnemental. Elles doivent montrer encore plus l’exemple, et ce, souvent dans des budgets très serrés. Ce séminaire permettra de se mettre du point de vue aussi bien du communicant en association / ONG que du partenaire agence de communication : les bonnes règles, les façons de travailler ensemble…

Séminaire 6 – L’entreprise face à l’avènement de la société collaborative et ses nouveaux codes de communication
Les nouveaux usages collaboratifs engendrés par le numérique et très vite adoptés par les particuliers pour leurs multiples avantages (économique, épanouissement personnel…) ont bouleversé les chaînes de valeurs traditionnelles. La puissance du digital a massifié ces pratiques collaboratives. Et, à l’inverse des particuliers qui ont compris très vite leur intérêt et le côté pérenne de cette tendance, les organisations et les entreprises historiques n’ont su que très tardivement pour beaucoup prendre ce virage. Ce séminaire fera le point sur l’économie collaborative, ce qu’elle représente aujourd’hui, son impact sociétal… mais aussi la nouvelle forme de communication qui se dessine pour ces acteurs.

Télécharger la fiche programme

Masterclass

30 ans d’expertise, 30 ans de réseau, 30 ans de contacts très professionnels ont fait de Sup de Pub l’endroit où il faut être s’il on veut croiser des personnalités influentes du monde de la communication et du show-business !

Quand on est étudiant et que l’on a la chance d’assister à des Master Class de très grande qualité, tout est dit ou presque. Les interventions des grands de ce monde en direct live dans un amphi bondé et à qui l’on peut ensuite donner son book, sa carte de visite ou son CV, ça ne se rate pas !
En tout cas c’est ainsi qu’on le conçoit à Sup de Pub. Depuis de nombreuses années déjà, de grandes personnalités influentes de la com’ sont venues flouer le sol de l’école avec un seul objectif en tête : recruter des stagiaires, voire de futurs salariés parmi les Masters.

Les dernières personnalités qui sont déjà venues : Nathalie Saint-Cricq, chef du service politique de France 2. Roselyne Bachelot et sa verve habituelle, qui n’a évidemment pas mâché ses mots sur la politique actuelle, pour terminer avec Thomas Dutronc et son extrême disponibilité à l’égard des étudiants. Mais pas seulement. La musique aussi a été à l’honneur avec Alex Jaffray, compositeur et producteur, qui est à l’origine de la bande-son de la série « Scènes de ménage », entre autres ! Sans oublier de grands débats, avec une explication grandeur nature du Brexit, du burkini, de la Trumpattitude et des attentats avec Stéphane Saliège, notre expert en géopolitique.

Les agences et les grandes marques n’ont pas manqué leur entrée non plus ! Du très grand cru cette année encore ! De Dentsu Aegis avec son Président France Moyen-Orient Thierry Jadot à BETC avec Fabien Leroux, planeur stratégique, en passant par Abel Bounane (CEO de Bright), Thierry Wellhoff (PDG de l’agence Wellcom), Françoise Hernaez-Fournier (directrice du planning stratégique d’IPSOS), Stéphane Hauser (délégué général d’IAB France), David-Alexandre Kingbeil (créateur de Graine de luxe et blogueur), Stéphane Gaubert (DA chez Les Gaulois), Hani Ramzi (CEO de Iicontact) ou encore Isabelle Rouhan, Client Partner de Facebook.

Télécharger la fiche programme

Projet professionnel

En fin de 5ème année, les étudiants doivent soutenir devant un jury mixte INSEEC–Sup de Pub, un « Projet Personnel Professionnel » afin de valider leur diplôme et ce, qu’ils suivent leur formation en France ou à l’étranger. Cette étape est essentielle pour une parfaite insertion professionnelle qui valide l’expertise des étudiants dans le secteur choisi. Les MBA et Masters of Science du Groupe INSEEC sont devenus depuis dix ans une vraie valeur ajoutée sur les CV des diplômés.

Sup de Pub encourage ses étudiants à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. A l’issue d’une SP5, les meilleurs dossiers de création d’entreprise peuvent bénéficier pendant un an du sponsoring de Sup de Pub et d’un hébergement au sein de l’incubateur d’entreprises du Groupe INSEEC et de deux autres incubateurs spécialisés partenaires.

Télécharger la fiche programme

Alternance

Après un BAC +4, les programmes de 5ème année (SP5) forment des professionnels en rythme alterné Ecole/Entreprise.

SP5 : Les étudiants suivent 1 jour de formation le lundi toutes les 2 semaines et 7 semaines de séminaires durant l’année. Le reste du temps se déroule en entreprise.

2 rentrées pour la 5ème année : en octobre et en mars.

La formation s’étend ainsi d’octobre 2016 à octobre 2017, ou de mars 2017 à mars 2018.

Trois types de contrats existent

Voir tous les contrats

Métiers

Quelques exemples de métiers auxquels nous préparons avec ce master :

Project manager RSE
Le project manager assure un rôle moteur dans l’obtention puis la réalisation de projets de services RSE. Il planifie, coordonne, dirige et contrôle toutes les activités afférentes aux projets afin de réaliser les objectifs techniques et budgétaires et respecter les délais de livraison. Il apporte son expertise dans les phases de préparation de l’offre de projet et réfléchit à la réalisation pratique du projet avec le management. Il ou elle met en œuvre des actions en mobilisant les habitants et participe à l’élaboration des projets

Coordinateur Développement durable
Le Coordonnateur ou Chef de Projet Développement Durable » est un développeur, en charge du projet Développement Durable de la Régie. Il a pour fonction de concevoir les actions de la Régie et de nouer des partenariats.

Directeur / Responsable du Développement durable
Le responsable en développement durable est le responsable de « l’environnement » d’une entreprise ou d’une administration. C’est à lui de garantir que le bilan de la structure qui l’emploie est bel et bien vert à la fin de l’année. Ici la notion de « développement durable » est entendue au sens large : elle intègre donc la dimension environnementale, sociale et économique. Il effectue des veilles réglementaires et techniques pour s’assurer que l’action de l’entreprise est bien en conformité avec la réglementation.

Chargé de mission Environnement
Il a pour mission principale la conception et le montage des projets. C’est à lui d’analyser les différentes problématiques liées à l’environnement, de définir les objectifs du projet et de rédiger le cahier des charges. Il réalise également les études techniques et mène les enquêtes sur le terrain. Une fois le dossier monté, le chargé de mission environnement supervise les opérations et peut-être amené à donner son avis. Il doit faire en sorte que celui-ci soit adopté. Il doit à la fois promouvoir son projet et sensibiliser les citoyens grâce à des campagnes d’information.

Responsable RSE
Le responsable diversité, généralement intégré dans la direction de la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), veille à ce que sa société ne pratique aucune discrimination basée sur la religion, l’ethnie, le sexe ou encore le handicap. Outre le respect de la loi sur ces questions, le responsable diversité se doit de mettre en place des politiques proactives pour favoriser l’intégration dans son entreprise. Il travaille essentiellement avec les ressources humaines au travers des formations au recrutement. Son domaine d’expertise peut toucher à tous les secteurs de l’entreprise.

Et bien d’autres !

Télécharger la fiche programme

Témoignages

« En collaboration avec la Direction RSE, je m’occupe de la stratégie/programmes RSE de Microsoft à destination des jeunes et des associations. Notre objectif est de donner les moyens à la jeunesse, surtout celle la plus éloignée du numérique à savoir celle venant des quartiers prioritaires, d’acquérir les compétences et connaissances nécessaires afin d’accéder aux opportunités qu’offre le secteur numérique. Notre mission envers les associations est de les accompagner dans leur transition numérique, à travers différents programmes de dons et d’accompagnement technologique.
Sup de Pub m’a apporté ma formation de communicante qui est essentielle à la RSE aujourd’hui puisqu’il s’agit principalement d’un enjeu d’image pour les entreprises (la RSE est souvent rattachée aux équipes Communication). Un conseil pour se faire une place dans le RSE ? Se faire un réseau (meet-up, volontariat, salons, etc.) ! »

Taninna PORTEBOS, Chargée de mission RSE chez Microsoft, promo 2016

Témoignage vidéo de Maurice LEVY, ex-Président agence PUBLICIS

Planning 5e année (SP5)

Rentrée en octobre

Octobre : Rentrée
De novembre à fin août : Cours SP5 en alternance
Septembre : Soutenance