Clément Rouderon, un des premiers diplômés de l’antenne lyonnaise de Sup de Pub, revient sur son parcours et sur son job qui en fait rêver plus d’un !

Bonjour Clément, raconte-nous… Qui es-tu & Que fais-tu ?

Bonjour Sup de Pub, je m’appelle Clément Rouderon. J’ai 27 ans. J’ai fait partie de la première promo de Sup de Pub à Lyon en 2006. Je travaille pour le Groupe CANAL+ depuis 2009. Je suis aujourd’hui en charge de la production artistique des bande-annonces et des émissions de sport de CANAL+ sur le continent africain. J’accompagne nos intermittents dans la conduite de nos projets (Réalisateurs, Graphistes, Concepteurs Rédacteurs, Monteurs, Journalistes…) J’endosse parfois l’une ou l’autre de ces casquettes pour réaliser moi-même ces projets. L’objectif est simple, raconter une histoire en 40 secondes pour vendre un évènement sportif (quel récit, quelle musique, quel graphisme) ou élaborer le packaging d’une émission TV. (Quel générique, quels sons, quels décors )  

Quel est ton parcours ?

Après un Bac S, j’ai intégré Sup de Pub Lyon. J’ai préparé pendant deux ans le BTS Communication des entreprises. J’ai ensuite pris la direction de Paris pour une année de SPCom spécialisée en Média. J’ai découvert les coulisses de la télé lors de mon stage de fin d’étude chez Studio 89, la société de production du groupe M6, qui fabrique les formats tels que Pékin Express, Top Chef ou Un Diner Presque Parfait. A l’issue de ce stage j’ai rejoint le service des sports de CANAL+. J’étais assistant de production sur des programmes de foot et de rugby. 9 mois de stage et 2 ans de CDI plus tard j’ai pris le chemin du service Autopromotion de CANAL+ Afrique. Poste que j’occupe depuis 3 ans.  

Ton meilleur souvenir à Sup de Pub ?

Mes meilleurs souvenirs sont les compets. Ces semaines de travaux de groupe non-stop, de jour comme de nuit, c’est ce qui ressemble le plus au travail en agence. Cette mise en situation est extrêmement professionnalisante et éclairante sur le profil et le potentiel de chacun. C’est un moment fort qui soude les groupes et révèle les individus. Gagner une compet’ est un souvenir que l’on garde longtemps.  

Ton pire souvenir à Sup de Pub ?

Mes pires souvenirs sont également les compets, lorsqu’on les perd ! Réaliser que l’énergie dépensée, la créativité déployée et les litres de redbulls engloutis, n’ont servi à rien, c’est assez dur à encaisser. Mais si ce sentiment est douloureux, il est aussi formateur car la frustration est omniprésente dans les métiers de la pub. Les compet’ sont aussi là pour nous préparer à cette réalité.  

Un conseil à donner aux futurs étudiants ?

Lorsque je croise les étudiants j’aime leur signifier à quel point il est important de cultiver sa singularité. Chacun d’entre eux possède ses propres ambitions, ses propres talents et cette école peut les aider à les développer. J’insiste également sur la nécessité de ne pas se contenter de ce que propose leur formation. L’école est là pour leur donner des clés, des outils, des méthodes mais ce sont bien les étudiants qui doivent tracer leur chemin. Il faut saisir toutes les opportunités de s’exercer, d’expérimenter, de découvrir par soi-même. Une même école, un même diplôme, mais un profil qui se doit d’être unique, enrichi par des expériences personnelles. Car ce sont ces expériences qui feront la différence.

 

Pour mieux comprendre son travail, voici une des plus belles réalisations:

www.vimeo.com/crouderon

 

 

Comments

comments