Si vous étiez présent à Sup de Pub Paris le 21 mars dernier, vous avez peut-être eu la chance de croiser Jacques Séguéla, le maître incontesté de la pub, président du Groupe Havas et celui qui, il y a désormais plus de 32 ans, a créé l’école. Et pour une fois il ne venait pas faire une conférence ou parler de son incroyable livre « Merde à la déprime ». Non, séance de maquillage, photos, interviews, plateau, il était là pour répondre aux questions d’Anne Saint-Dreux, fondatrice de la Maison de la Publicité.

Sup de Pub était le siège du tournage des « 50 ans de la pub » qui sortira sur Paris Première en octobre prochain. Où l’on va parler de… pub, d’anecdotes, de tournages, de rencontres, d’amis, d’ennemis, de politique aussi. Car lorsque Jacques Séguéla se met à raconter son incroyable histoire avec Citroën venu le chercher un soir à la rescousse pour une pub et sa demande à l’époque à François Mitterrand pour avoir un porte-avion, rien que cela, cela vaut le coup d’écouter tout le reste !

Au détour d’un couloir, d’un bureau faisant office de maquillage, du studio plateau télé, on a pu aussi croiser, outre toutes les équipes de production, Richard Gotainer en personne. Vous savez, ce chanteur hyper décalé des années 90, que l’on pourrait presque comparer aujourd’hui à Philippe Katerine dans son délire musical. « Youki », « Mambo décalco »… des titres qui restent encore dans les mémoires !
Mais ce n’est pas forcément le chanteur qui était attendu ce jour-là, mais plutôt le témoignage du directeur de production à l’époque qui travaillait avec les agences de pub. C’est notamment à lui que l’on doit des slogans comme : « On se lève tous pour Danette ! » des publicités comme Belle des champs, Banga… Bref, un tournage qui se prêtait parfaitement au lieu de l’école, la pub en direct en d’autres mots !

Comments

comments