Ted Stearn est un auteur de bandes dessinées, illustrateur et animateur américain. Il a notamment créé les personnages Fuzz & Pluck, un ours et un poulet déplumé. Il a remporté en 2014 le Prix de la Série au Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

Couverture Album Fuzz & Pluck by Ted Stearn

Les élèves de MANAA, DG1 et DG2 ont eu l’occasion de l’écouter lors d’une conférence sur le processus créatif à mettre en pratique dès leur prochain workshop. Son objectif a été de partager sa technique avec les étudiants afin de nourrir leur technique et de leur donner des pistes pour créer des histoires grâce au visuel.

Le syndrome de la page blanche

Selon Ted Stearn, la clé du processus créatif est la visualisation d’un projet avant même de commencer. Voir la fin avant de commencer ou comme le dit Jonathan Swift, « Vision is the art of seing things invisible ».

Trois sources où puiser les idées

Les trois sources d'inspiration par Ted Stearn

La première est celle des références, comprendre ici tout ce qui nous inspire. Pour Ted Stearn, ça a été son père. Il lui a appris à sortir de sa logique, à changer de point de vue afin de comprendre le monde. Ted Stearn a ainsi découvert un monde polarisé, la vie/la mort, la sanité/la folie, l’optimisme/le pessimiste. C’est d’ailleurs cette polarisation qui marque les personnages de Fuzz & Pluck. Il les qualifie « d’opposés qui créent une unité ».

La deuxième source est la vie et la manière particulière dont chaque personne va se l’approprier. Elle donne une infinité de visions et assure donc la diversité des idées qu’on peut avoir.

Enfin la dernière source est l’imaginaire, la pure création de l’esprit. Que ce soit par association d’idées ou en gribouillant, Ted Stearn a encouragé les étudiants à sortir des clichés afin de créer leur propre monde, leur propre code.

Voir le monde différement, un exemple donné Ted Stearn

Merci à Ted Stearn pour son intervention et ses conseils.

Comments

comments