Que t’a apporté ton séjour, en tant qu’étudiante et sur le plan personnel ?

En tant qu’étudiante, j’ai pu améliorer mon niveau d’anglais. Le fait d’avoir suivi des cours dans cette langue m’a permis de progresser très vite. Je n’ai pas eu beaucoup d’heures de cours, mais par contre, je devais quand même pas mal bosser chez moi (lire des textes, faire des rédactions…). Mais cela restait très raisonnable. En tous cas, l’université est géniale, très moderne, et le Comité pour les étudiants internationaux était très présent pour nous. Il nous a permis de faire un maximum d’activités et de soirées.Sur le plan personnel, ce séjour m’a enrichie et épanouie. Les premiers temps étaient un peu durs, car se retrouver toute seule dans un pays inconnu où il fait -20°C et nuit à 15h30, ça fait bizarre. On se demande ce que l’on fait là. Et puis quelques jours passent, on commence à prendre ses habitudes, à découvrir les alentours, à se récréer une vie et surtout une nouvelle famille. Quand je parle de nouvelle famille, ce sont tous les « Erasmusiens » qui étaient là bas avec moi, des gens géniaux, avec qui j’ai pratiquement vécu 24h/24 et avec qui j’ai fait des choses que je ne referais peut-être jamais (ex. : voyage en Laponie).Le mieux, c’était de vivre avec tous ces étrangers venus de tous les coins du monde, et partager la même expérience. On s’attache beaucoup aux gens, peut-être même un peu trop, car quand la fin arrive, on ne veut pas se quitter et c’est un véritable déchirement. J’en ai profité pour voyager, et j’ai pu découvrir des endroits idylliques que je ne soupçonnais même pas. Le voyage en Laponie restera à jamais gravé dans ma mémoire et je pense que je ne suis pas la seule ! Je pourrais parler de ce séjour pendant des heures mais, en résumé, c’était la meilleure expérience de ma vie. Si demain on me propose de repartir, je ne réfléchirai pas, je sauterai dans le premier avion !As-tu rencontré des difficultés sur place ? Si oui, lesquelles ?

Aucune difficulté importante, mis à part que j’ai eu très froid au début, mais on s’habitue. A noter aussi que tout n’est pas traduit en anglais (comme les produits dans les supermarchés par exemple)… alors au début, on se trompe un peu, et puis après ça roule !
Quels conseils donnerais-tu à un étudiant qui souhaite effectuer un semestre en Suède ?

Pour la Suède, il faut quand même ne pas avoir peur du froid si on souhaite partir là-bas !
Si des étudiants veulent y aller, je leur dirais de foncer, les Suédoises sont magnifiques ! Par contre, si ce sont des étudiantes, je souhaite les prévenir que le mythe du Suédois a été inventé !
Ensuite, essayez de bien gérer vos finances pour pouvoir voyager, car ce serait trop bête de passer à côté de la Laponie ou de la Norvège. Il faut en profiter pour voir un maximum de choses ! En clair, essayez de ne pas trop vous ruiner en sorties et gardez un peu d’argent de côté car la vie est chère là-bas ! Pour finir, il ne faut pas rester entre Français, ça serait trop dommage. Il faut un maximum s’intégrer avec les étrangers, c’est tellement plus enrichissant !

Comments

comments

Sup de Pub est membre de INSEEC U.

INSEEC U. est le leader français de l'enseignement supérieur privé ;
avec des campus à San Francisco, Londres, Shanghai, Monaco, Genève
16

écoles

23 500 Étudiants
9 campus en
France et à
l'international
115 spécialisations
métiers

4 grands pôles disciplinaires et 1 pôle d’expertises sectorielles



logo InseecManagement
logo InseecIngénieurs
logo InseecCommunication,
Creation, Digital
et design
logo InseecSciences politiques
et relations
internationales
logo InseecLuxury, real
estate, sport,
wine & spirits
Découvrez toutes nos formations et nos écoles sur inseec-u.com
INSEEC U. est membre de :
Conférence des Grandes ÉcolesUGEIGlobal CompactEFMD