La communication, c’était un rêve de gosse ou un hasard ?
Ni l’un, ni l’autre. C’est plutôt le résultat d’un travail d’orientation à 20 ans mené de façon rigoureuse, en fonction de ma personnalité et de mes aptitudes.

Ton plus beau souvenir d’étudiant ?
Ils sont nombreux : des idées, des rencontres, des stages… et des fêtes !

Quelle partie de ton travail préfères-tu ?
Motiver et fédérer les Hommes autour d’une idée ou d’une ambition.

Ta plus belle campagne ? Pourquoi ?
Pas une campagne, un programme : la création et le lancement de Flying Blue, lors de la fusion des compagnies Air France et KLM. Des clients fantastiques, une dream team à l’agence, une pression monstre, un budget colossal, une ambition démesurée… et, au bout du compte, un succès business récompensé par le prix Effie 2006 !

La campagne qui t’a marqué à vie ?
Je ne suis pas un fan de « campagnes » car une campagne n’est pas suffisamment durable et pérenne à mon goût. Je préfère les notions de « gestion de marque » ou de « programme de communication » à la notion d’opération ou de campagne. Je suis très sensible aux postures maintenues dans la durée pour créer de la préférence durable, par exemple par Apple, Volkswagen, Red Bull ou Canal+.

Ta plus belle rencontre ?
Dans chacune des 4 agences dans lesquelles je suis passé, j’ai rencontré quelques personnes qui sont devenus de vrais amis. On se voit de temps en temps, on s’écoute et on se fait confiance.

La pub a-t-elle encore de l’avenir ?
Nous aurons de plus en plus besoin de marques fortes, avec des visions et des propositions de valeurs sincères, exprimées émotionnellement pour donner plus de sens à nos vies de consommateur mais aussi de citoyens… Je pense que les publicitaires qui contribueront à construire de telles marques auront un avenir radieux.

Les métiers qui émergent ?
Architectes, ergonomes, designers, médiateurs, data analysts, dashboarder…

Un conseil pour les jeunes diplômés ?
Apprendre à travailler en équipe. « WE, NOT ME » !

Comments

comments