L’objectif premier de Google, c’est de mettre en lien une demande, avec une offre. Que chaque question puisse trouver une réponse. Mais aussi de s’assurer que l’expérience utilisateur soit la plus agréable possible. Et cela se caractérise par des sites en https, un référencement pertinent, ainsi qu’une fluidité de navigation optimisée pour les utilisateurs.

Pour cela, le moteur de recherche ne cesse de développer des moyens d’améliorer sa plateforme et les innombrables sites que la composent. Cette fois-ci, ce sont de nouveau les publicités qui sont en ligne de mire. À partir du mois d’août prochain, le géant américain part en guerre contre les publicités qui seront jugées trop lourdes.

Cette initiative rejoint une longue série d’actions qu’a mené Google pour réglementer la publicité sur internet. Les plus connaisseurs savent d’ailleurs que Google a implémenté un filtre publicitaire en 2018 qui avait pour effet de bloquer les publicités intrusives, comme les popups, les vidéos en autoplay avec le son ou qui s’affichent sur tout l’écran.

Mi-mai 2020, Google a donc annoncé vouloir partir à la chasse des publicités trop lourdes, qui peuvent être coupables de ralentissements pour les utilisateurs. Aujourd’hui, Google estime que cela ne concerne que 0,3% des encarts publicitaires. La société américaine a aussi ajouté qu’à lui seul, ce petit pourcentage représentait pas moins de 27% de la band passante consommée par les publicités et 28% de l’énergie puisée dans les microprocesseurs.

Mais alors, comment savoir si sa publicité va être classée comme trop lourde par Google ? Et bien, le moteur de recherche a d’ores et déjà pointé du doigt les mauvaises pratiques qui pourraient être responsables de la sur-consommation des processeurs ou de la bande passante. Afin d’être acceptées, les publicités doivent !

  • Ne pas dépasser 4Mb de la bande passante
  • Ne pas dépasser les 15 secondes d’usage du CPU (ou processeur) en 30 secondes ou 60 secondes d’usage CPU en tout

Une limite qui ne devrait pas bouleverser le décors actuel des publicités en ligne.

Comments

comments