Journée dédiée à la culture ce jeudi 10 mars 2016 pour les étudiants en Mise à Niveau en Arts Appliqués (MANAA) et de BTS Design Graphique de Sup de Pub Bordeaux. Au programme, la découverte de la ville de La Rochelle : son histoire, son vieux port, et ses musées !

Le Musée du nouveau monde pour commencer par une exposition temporaire sur les relations de la région avec l’Amérique du nord et les Antilles : « Les fils du Grand Corbeau », tribu des Appalaches qui n’a presque pas été en contact avec les européens. Egalement les photographies d’Edward Curtis qui avaient pour but de collecter un maximum d’informations sur ces cultures orales avant qu’elles ne viennent à disparaitre.

Suite de cette réflexion sur les visions européennes de cultures extra-européennes au Musée des Beaux-arts avec l’exposition « Couleurs de l’encre ».

L’Empire du milieu très renfermé sur lui-même au début de son histoire a su développer au fil des siècles un art tout particulier ; que ce soit dans la calligraphie, la porcelaine…

Principalement exportée en Europe sous le règne de Marie-Antoinette, on commence à trouver à cette époque certains codes chinois dans des décorations européennes – de l’utilisation de fleurs exotiques aux peintures érotiques.

Que ce soit pour les cultures amérindiennes ou asiatiques, on se situe très souvent dans une représentation stéréotypée. Les tableaux, sculptures, objets qu’on recense, sont pour la plupart caricaturaux et peuvent parfois être trompeurs. Si c’est une vraie chance d’avoir des témoignages de cultures qui nous sont éloignées, tant géographiquement que chronologiquement, une multiplication d’intermédiaires induit une multiplication d’interprétations.

On raconte que le chef de la tribu du Grand Corbeau a dit : « Mon peuple n’a pas de loi, mais vit en harmonie avec les forces de la nature. » Et si ça n’était pas sa parole première ?

Cette questionne ne s’arrête pas à cette seule déclaration, mais s’intéresse à tous les témoignages de notre Histoire. Si on pense à la vitesse de diffusion des réseaux sociaux actuels, une information donnée peut évoluer et finir par être déformée suite aux interprétations personnelles de chacun. Petite modification par petite modification, et on se retrouve avec l’image populaire de l’indien à cheval, alors même que ces derniers ont été introduits par les européens lors de leur découverte du nouveau monde.

De loin en loin notre vision d’autres cultures est induite par les images et récits qu’on nous en donne. Alors soyons curieux, continuons de dévorer ces expositions, et partons voyager pour enrichir de nouveaux témoignages nos musées.

 

Pour suivre toute l’actualité du campus bordelais : https://www.supdepub.com/bordeaux

 

 

 

Comments

comments