La Der des Ders pour la promotion DG1 2016-2017 de Sup de Pub Bordeaux !

Dernière visite culturelle de l’année et de leur formation, en compagnie de leur professeur d’Histoire de l’Art Mme Fourquet : une enseignante qui les aura instruits, accompagnés, marqués au cours de ces deux années. C’est sans aucun doute avec beaucoup d’émotion que les DG1 disent au revoir à leur cours d’histoire de l’art.

Pour cette ultime visite rendez-vous à la cité Frugès – Le Corbusier.

Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, cette cité des années 1920 surprend, 90 ans après, par son modernisme. C’est la première architecture moderne de Le Corbusier qui comprend les cinq caractéristiques qui lui sont propres : toiture terrasse, fenêtres en bandeau, maison sur pilotis, plan d’aménagement libre pour s’affranchir des murs porteurs, et façade libre. Tout y est pensé pour une famille moderne (un couple avec un ou deux enfants).

C’est aussi la première construction en série de Le Corbusier. Sa volonté : résoudre la crise du logement, due principalement à l’exode rurale de l’époque. Il construira 51 maisons en 2 ans, de 7 types différents. Aujourd’hui il n’en reste que trois : les maisons en quinconces, la maison zig zag, et enfin la gratte-ciel que les étudiants ont pu visiter.

Un quartier ? Une utopie.

Pour un projet d’une telle envergure, le choix s’est porté sur Pessac pour deux raisons. D’une part, Pessac représentait un terrain d’expérimentation idéalement placé à proximité de la voie ferrée empruntée par les ouvriers pour se rendre sur le bassin d’Arcachon. D’autre part, Pessac était classée station climatique et l’hygiène de vie était particulièrement importante pour Le Corbusier.

Cette cité a été construite pour les ouvriers. Une maison ne devait pas représenter à l’achat plus d’un an du salaire. Au final, cinq des familles installées initialement dans cette cité résident encore dans ces maisons.

Comments

comments