Que t’a apporté ton séjour, en tant qu’étudiant et sur le plan personnel ?

Tout d’abord une ouverture incontestable sur l’international, ce qui me permettra de trouver un stage chez un annonceur beaucoup plus facilement après une expérience de ce type. Les entreprises multinationales sont friandes de ce type de parcours, j’ai pu m’en rendre compte en cherchant mon stage de SP4, je n’ai eu que l’embarras du choix. J’avais plusieurs propositions fermes avant même de rentrer en France. Bizarrement, j’ai l’impression qu’on me fait plus confiance et que l’on me donne plus de responsabilités maintenant, uniquement grâce à cette expérience à l’étranger. C’est comme si mon échange scolaire s’apparentait à une expérience professionnelle.
Il vous donne une certaine maturité et une capacité à s’adapter rapidement aux situations nouvelles, et ça, un employeur le ressent.

Sur un plan plus personnel, cette expérience me donne envie de repartir, de voyager. C’est grâce à ces moments qu’on se rend compte si on est vraiment prêt ou pas à partir travailler à l’étranger.
Les rencontres sur place sont aussi quelque chose d’important. Visiter, c’est bien, mais quand vous avez la chance de vous faire des amis sur place, c’est encore mieux ! C’est avec eux que vous comprenez vraiment la culture du pays, que vous ne vous sentez plus étranger. Petit à petit, on s’intègre dans la vie locale et à partir de ce moment là, le séjour devient inoubliable. J’ai rencontré des gens exceptionnels venant des 4 coins du globe. Je vais d’ailleurs passer le prochain jour de l’an au Brésil, à Copacabana, chez un ami rencontré à Vancouver. Ça aide aussi à porter un autre regard sur la France, et vu de l’extérieur, ça change tout.
On conçoit mieux la difficulté qu’on les étrangers à comprendre la culture française. Et puis enfin, j’ai énormément progressé en anglais. La maîtrise de cette langue, c’est un premier pied dans l’entreprise multinationale, cela ne fait pas tout mais c’est indispensable !


As-tu rencontré des difficultés sur place ? Si oui, lesquelles ?

Pas tant que ça.
Finalement le seul véritable problème est de comprendre les us et coutumes du pays, d’assimiler le mode de fonctionnement de la société en général et de l’université dans laquelle vous effectuez votre échange.
Le Canada est le carrefour de différentes cultures, personne n’est vraiment d’ici, tout le monde a des origines. Les étrangers sont donc très bien accueillis et l’entraide est de mise entre les différentes nationalités. Il ne faut surtout pas hésiter à poser des questions qui peuvent paraître idiotes et à demander de l’aide, les Canadiens adorent rendre service aux nouveaux venus. La compréhension de l’argot canadien est un peu difficile les premiers jours. Encore une fois, il ne faut pas hésiter à faire répéter les gens ou à demander ce qu’ils veulent dire, ils vous répondront avec plaisir.
En classe, je n’ai pas eu trop de problèmes, les cours sont plus pratiques que théoriques, il y a toujours un exemple ou une étude de cas qui permet de s’assurer qu’on a bien compris.
Avec du recul, j’ai eu finalement plus d’appréhension que de véritablse difficultés.


Quels conseils donnerais-tu à un étudiant qui souhaite effectuer un semestre à Vancouver ?

Fonce, tu as tout à y gagner ! Ce serait dommage de laisser passer une si belle opportunité.
Et puis, s’il te reste de la place, emmène tes skis ou ton surf, les pistes sont à 5 minutes en bus. Contrairement aux idées reçues, il ne fait pas moins de 0° l’hiver et la température monte à plus de 30° à partir de mai.
La Colonie Britannique est un paradis pour les accros des sports en extérieur. Aller skier le matin et à la plage l’après-midi est un luxe qu’il ne faut pas laisser passer !

Comments

comments