Tout au long de l’année, les étudiants en MANAA de Sup de Pub ont eu l’occasion d’enrichir leur culture artistique en visitant plusieurs musées et lieux artistiques ou historiques bordelais sous l’égide de Marie-Fleur Fourquet, intervenante en histoire de l’art.

La première de ces visites était consacrée à une présentation historique de Bordeaux et de ses lieux marquants via un parcours guidé sillonnant la ville de la place de la Victoire à la place des Quinconces en passant par la porte Dijeaux, la place de la Bourse, la porte de Bourgogne ou encore le Grand Théâtre.

La visite du Musée de la Création franche, dédié à la production de créateurs n’ayant reçu aucune formation artistique et dont la démarche s’inscrit en marge des schémas traditionnels, a été l’occasion pour les étudiants de découvrir divers travaux originaux. Ils ont notamment pu admirer les œuvres d’art brut de Lucie de Syracuse et de Jean-Michel Messager, ou encore l’exposition « Visions et Créations Dissidents » de Dimitri Pietquin.

Au cours de l’année, les étudiants de MANAA ont également eu accès à un éventail des différentes collections d’art contemporain conservées au sein du Fonds Régional d’Art Contemporain d’Aquitaine (FRAC), du CAPC Musée d’Art Contemporain de Bordeaux et de l’artothèque de Pessac. L’exposition « Préférez le moderne à l’ancien » de la FRAC compilait ainsi les productions variées d’artistes émergents tels que Jean-Marie Blanchet, Stéphanie Cherpin, Camila Oliveira Fairclough, Hugo Pernet ou encore Sébastien Vonier tandis que le CPAC consacrait une exposition monographique « Le Corps décide » à l’artiste allemand Franz Erhard Walther.

Traditionnellement consacrée à l’art contemporain, l’exposition temporaire de l’Institut culturel Bernard Magrez de Bordeaux faisait exceptionnellement la part belle au Street Art avec les œuvres graphiques de Shepard Farei, JonOne, Banksy, Jef Aerosol, Futura 2000 et Andy Howell.

Enfin, une journée à Toulouse a permis aux MANAA de passer successivement de l’art classique à l’art contemporain avec le Musée des Augustins et son cloître suivis du Musée des Abattoirs. Dans ce dernier, ils ont pu admirer, entre autres, « La dépouille de Minotaure » de Picasso mais ils se sont également arrêtés devant « La bataille d’Hastings » de Georges Mathieu, œuvre de peinture gestuelle retranscrivant de manière abstraite la violence de l’affrontement au cours de cette célèbre bataille de la conquête de l’Angleterre.

DSC_0772
DSC_0790

 

Comments

comments