Skip to main content

De plus en plus, il devient capital pour les marques de jouer la carte de la transparence. Ainsi, elles doivent assurer la mise en place d’une production orientée vers la réduction de l’impact écologique. Un angle de communication particulièrement intéressant et bénéfique pour la marque… Quand c’est maîtrisé ! Et ce n’est pas Adidas qui nous dira le contraire ! « Greenwashing » vous dites ?

La campagne Stan Smith d’Adidas pointée du doigt pour greenwashing

Depuis quelques années, les prises de conscience se tournent de plus en plus vers l’écologie. L’occasion pour les marques de faire patte blanche et de redorer leur image auprès de leurs consommateurs. Pour cela, elles changent leur façon de produire, de servir et de communiquer.

En effet, la réduction de l’impact écologique est un argument de vente fort, car les consommateurs sont de plus en plus sensibles à cette cause. Et si certaines marques parviennent à fournir les efforts nécessaires, d’autres empruntent des voies plus contestables pour surfer cette tendance.

C’est ce qu’on appelle le greenwashing. Ou “l’art” de faire croire que ses services ou produits respectent un certain protocole, alors que pas du tout ! Aujourd’hui, c’est la nouvelle campagne d’Adidas, pour sa chaussure iconique, la Stan Smith, qui est au cœur d’un bad buzz.

stan smith forever
stan smith greenwashing

Plusieurs éléments de cette campagne ont fortement déplu aux consommateurs, mais surtout à la JPD (ou Jury de déontologie publicitaire si vous préférez). En effet, en affirmant que sa basket peut être recyclée jusqu’à 50%. Enfin, 50%… Il s’agit plutôt de la “tagline” qui est recyclée à 50% et déjà, cela favorise l’incompréhension !

S’agit-il d’une des matières, recyclée et ajoutée dans la fabrication de la chaussure ? Ou l’est-elle une fois la chaussure recyclée ? Et ce n’est pas la mention “Tout plastique utilisé sur le pied est recyclé” qui va nous aider à éclaircir la chose…

La campagne ne respecte donc pas les points de la charte Clarté du message. Cette charte de l’ARPP stipule que la publicité se doit d’être compréhensible de tous quant aux engagements de qualités revendiqués.

stan smith recyclable

Une communication en pot-ée

Au-delà de son message un peu bancal, Adidas a décidé de pousser le concept jusqu’au bout… En effet, la marque a choisie d’accompagner sa campagne du label/maccaron “End plastic waste”… ou “La fin du plastique gaspillé” dans la langue de Molière.

Placé juste à côté du logo, cela peut laisser penser qu’il s’agit ici d’une collaboration ou d’une certification… Alors qu’il n’en n’est rien ! Il s’agit uniquement d’un logo imaginé par Adidas pour renforcer son message.

adidas 50% recyclable
adidas écologie

Enfin, afin de déployer sa campagne sur les réseaux sociaux, Adidas a publié plusieurs visuels présentant sa Stan Smith avec une plante à l’intérieur. S’appuyant sur la symbolique de la plante, la marque souhaite affirmer ses “engagements” envers la planète.

Une succession de maladresses donc, qu’elles soient volontaires ou non, de la part d’Adidas qui n’a pas brillé avec sa dernière campagne.

Maintenant, les cartes sont entre leurs mains pour redresser le tir avec leur prochaine prise de parole !

Close Menu